Weangstles Avenue

Pour télécharger l'album, gratuitement ou au profit de l'association Les amis de Mikhy, c'est par ici.

Discographie

Fermer Weangstles Avenue

Fermer Taxi dentelles

Fermer Pop ou encore

Fermer Nouvelles routes pour de vieilles chaussures

Fermer 2009 - KaléïdoskPoP

Fermer 2008 - Sortez covers !

Fermer 2007 - MicroskPoP

Fermer 2006 - Parallaxe

Fermer 2005 - C12H22011POP

Fermer 2004 - Candy Party

Fermer 2003 - Patchwork

Fermer 2002 - Trace d'impact

Fermer 2001 - Sous influence

Fermer 2000 - Blue pâle

Fermer 1999 - Pop départ

Fermer Live

Fermer Bonus

Fermer Par interprètes

Fermer Par auteurs

Fermer Reprises

Fermer sUKrEpop

Notes de musique
Vers ailleurs

Fermer Gratuiciels

Fermer Karaoke

Fermer Sucrepop webmaster

Fermer Guppy connection

Fermer Copinages

Fermer Radios

Sucrepop ?
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Recherche



The Doors - Discographie

The Doors


Parmi mes influences les plus importantes, même si totalement imperceptibles dans ma musique figure un groupe qui n'a qu'un lointain rapport avec la pop, Les Doors. Une carrière météorique, 6 albums studio entre 1967 et 1971et un point final, du fait de la mort de leur charismatique chanteur. Reste qu'ils ont marqué leur époque de leur sceau, et, comme un Velvet Underground, se reveleront parmi les références rock incontournables de leurs successeurs. C'est indéniablement l'un des groupes que j'ai le plus écouté à mon adolescence, même si, aujourd'hui, javoue revenir rarement vers leurs albums. Mais je me suis tout de même fendu d'une petite reprise de People are strange au Ukulele, en souvenirs
Je ne vais pas vous refaire l'historique du groupe, des tonnes de sites, et même un film en parlent mieux que moi. Mais, comme précédemment, voici un petit panorama commenté de leur albums.

1967-TheDoors.jpg    1. Break On Through (To the Other Side)
   2. Soul Kitchen
   3. The Crystal Ship
   4. Twentieth Century Fox
   5. Alabama Song (Whiskey Bar)
   6. Light My Fire
   7. Back Door Man
   8. I Looked At You
   9. End Of The Night
  10. Take It as It Comes
  11. The End

Premier album qui fixe les règles. La pochette d'abord, Jim Morrison et sa gueule d'ange à l'avant, Manzarek, Krieger et Densmore en arrière plan. Un titre, The Doors.Et en ouverture, Break on through, une cymbale jazzy, un riff mémorable, et la voix, sublimement rock, mâle, suivi des guitares tout en violence qui déchirent et l'orgue en solo. Texte évoquant la drogue, l' hommage au blues avec la reprise de back door man de Howlin Wolf. Les éléments sont là, ce disque lance le groupe avec le single Light My Fire, et le final the End, immortalisé des années plus tard dans le film Apocalypse now. Un album phare, avec le  dernier, le meilleur album du groupe, plus qu'une introduction à leur musique il est leur musique.

   1. Strange Days
   2. You're Lost Little Girl
   3. Love Me Two Times
   4. Unhappy Girl
   5. Horse Latitudes
   6. Moonlight Drive
   7. People Are Strange
   8. My Eyes Have Seen You
   9. I Can't See Your Face in My Mind
   10. When the Music's Over
1967-Strange_days.jpg

Essentiellement composé de titres qui n'avaient pas trouvé place sur le premier album, Strange days est donc dans la droite ligne de The Doors. Peut être pour éviter que son image n'oblitère la musique du groupe, Jim Morrison refusa d'apparaitre sur la pochette. Toujours un mélage de blues et de rock, même si cet album ne comprend aucune reprise. Peut être un peu plus pop que le précédent , le succès fut une fois de plus au rendez-vous, même si aucun single n'obtint la renommée de Light My Fire.

1968-Waiting_for_the_sun.jpg
   1. Hello, I Love You
   2. Love Street
   3. Not to Touch the Earth
   4. Summer's Almost Gone
   5. Wintertime Love
   6. The Unknown Soldier
   7. Spanish Caravan
   8. My Wild Love
   9. We Could Be So Good Together
   10. Yes, the River Knows
   11. Five to One

Hello I love you, qui ouvre le 3eme album, Waiting for the sun, est l'un de leur plus grand succès, quoique sacrément pompé sur All days and all night des Kinks. Plus apaisé, musicalement sans longue suite à la The End/When the music's over il contient Love Street, l'un de mes titres préférés d'eux. Un bon disque dans la continuité des deux premiers, les Doors ne se renouvellement pas vraiment mais ne tourne pas en rond non plus.

    1. Tell All the People
   2. Touch Me
   3. Shaman's Blues
   4. Do It
   5. Easy Ride
   6. Wild Child
   7. Runnin' Blue
   8. Wishful Sinful
   9. The Soft Parade
1969-The_soft_parade.jpg

Cet album,Soft Parade, est une sorte d'ovni dans leur discographie. En tout cas pour le moins inattendu. En effet des cuivres et des cordes viennent enrichir la palette sonore des Doors. Déconcertant par moment , semblant brider un peu le côté sauvage du groupe, ou a parfois l'impression des Doors à Vegas  confused Pour la première fois les compos ne sont plus signées par l'ensemble du groupe mais par Morrison ou Robby Krieger qui  d'ailleurs se taille la part du lion ici. Reste que le morceau titre et ses courtes séquences imbriquées est l'un de mes favoris

1970-Morrison_Hotel.jpg    1. Roadhouse Blues
   2. Waiting for the Sun
   3. You Make Me Real
   4. Peace Frog
   5. Blue Sunday
   6. Ship of Fools
   7. Land Ho!
   8. The Spy
   9. Queen of the Highway
   10. Indian Summer
   11. Maggie M'Gill

Ou les errements de l'album précédent sont oubliés, Jim Morrison reprend les commandes, retour aux racines. le Roadhouse blues qui lance ce Morrison Hotel ne déparerait pas un Status Quo première période. Etrangement le titre waiting for the sun apparait ici; plutôt que sur l'album qui porte son nom. C'est le tendre Blue Sunday qui emporte mon adhésion ici. Bref un bon disque, sans grands hits mais qui assure.

Who do you love (Bo Diddley)
Alabama song
Backdoor man
Love hides
Five to one
Build me a woman
When the music's over
Close to you
Universal mind
Petition the lord with prayer
Dead cats, dead rats
Break on throughe No 2
Lions in the street
Wake up
A little game
The hill Swellers
Not to touch the earth
Names of the kingdom
The palace of the exile
Soul kitchen
1970_Absolutely_Live.jpg

La réputation de groupe de scène des Doors n'est plus à faire. Le charisme de Jim Morrison est devenu légendaire,  et un groupe qui joue sans bassiste (assurée au pied par Ray Manzarek), ce n'est pas non plus si courant. Un album live vient donc documenter tout cela. Absolutely live est donc un témoignage enregistré en 1969. C'ets le premier d'une série d'albums live posthumes d'inégales qualités.

1971-LA_Woman.jpg    1. The Changeling
   2. Love Her Madly
   3. Been Down So Long
   4. Cars Hiss By My Window
   5. L.A. Woman
   6. L'America
   7. Hyacinth House
   8. Crawling King Snake
   9. The WASP
   10. Riders on the Storm

L.A. Woman, L'album qui marque la fin du groupe, et qui est leur plus grand succès commercial, justifié, ce disque contenant au moins deux bijoux, Love her Madly et le magnifique Riders on the storm devenu depuis le morceau représentant les Doors. Le blues s'y fait plus présent encore que dans les précédents disques. Jim Morrison meurt à Paris 3 mois après la sortie du disque et le reste est de l'histoire. C'est mon album préféré des Doors, jamais la voix de Jim n'a été aussi envoutante, les morceaux aussi sombres et lumineux à la fois. S'il faut un désigner un seul, c'est par celui si qu'il faut entrer dans leur musique.

Après sa mort, trois albums des Doors restent à paraitre
Others voices, dont l'enregistrement avait commencé avant le décès du chanteur. Anecdotique, pour le moins, insignifiant en tout cas, il est aujourd'hui désavoué par les 3 membres restant. Mais si l'on peut comprendre la sortie de ce disque dont la génèse remonte à l'enregistrement de LA Woman, Full circle qui suit est bien moins excusable.Capitalisant sur le nom du groupe plutôt que sa musique. Joe Dassin en a repris le hit Mosquito pou ren faire un tube en français, le moustique. Atterrant.
En 1978, sous prétexte d'hommage, le groupe reprend des poeme écrits et dits par  Jim Morrison, An American Prayer, en collant derrière un salmigondis musical dont l'addagio d'Albinoni dans la grande tradition. Dispensable, pour le moins

Ensuite, le truc habituel des rocks stars,  carrière solo, réunions sous divers noms pour des tournées lucratives, ce que j'ai pu entendre des Doors of the XXI century étant même ma foi fort agréable.

1971-Other_Voices.jpg 1972-Full_Circle.jpg 1978-American_prayer.jpg


Date de création : 13/04/2009 @ 15:31
Dernière modification : 13/04/2009 @ 17:21
Catégorie : The Doors
Page lue 4616 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

W3C CSS Meric Graphisme © 2008 - Licence Creative Commons
^ Haut ^